15 années dans le porno sur Internet : Qu’est-ce qui a changé ?

0

En 15 ans de webmastering adulte, j’en ai vu défiler des sites et je dois dire que ces dernières années, le porno sur le web a connu d’innombrables changements. Si la belle époque est clairement révolue, l’avenir ne s’annonce pas si sombre. Dans le milieu des années 90, la VOD avait explosé et les plateformes d’affiliation se sont multipliées. Il n’y avait qu’à se baisser pour ramasser l’argent qui venait du web. Une vraie période de frénésie où l’on ne se posait pas autant de questions qu’aujourd’hui.

Le référencement c’était autre chose, des liens biens placés et votre site montait rapidement dans les moteurs de recherche. Il n’y avait pas toute cette science autour du SEO, seul le nombre de liens qui pointaient vers votre site faisait la différence. De nos jours, on réfléchit à deux fois avant de placer un BL sur un annuaire. Les algorithmes sont devenus tellement complexes que même les ingénieurs chez Google ne savent plus trop ce qu’ils font.

Quelques années en arrière, la cible était claire : un homme avec une carte de crédit derrière son PC. Désormais il faut composer avec la multitude d’écrans et leurs différentes tailles. Le responsive design s’est imposé pour cette raison car c’était impensable de réaliser un site pour chaque résolution. Le code et le webdesign ont bien évolué également, on a tendance à aller vers des choses plus sobres et fonctionnelles. On y a perdu une certaine folie mais le surf est devenu bien plus agréable, on ne s’en rend pas toujours compte. La clientèle a changé aussi, les femmes sont de plus en plus nombreuses à consommer du porn, l’image et la qualité de ces contenus sont bien meilleures. Ce n’est plus honteux et les envies sont de plus en plus précises.

Avant l’explosion des tubes gratuits, il fallait payer pour accéder aux contenus. Un modèle économique simple auquel on a tendance à revenir. Les sites financés par la publicité sont menacés par les AdBlockers, on retourne donc un peu en arrière car on a, je crois, atteint les limites du tout gratuit. Même ceux qui ont tué le marché commencent à proposer des formules « premium » pour pouvoir payer les studios qu’ils ont racheté juste avant qu’ils ne sombrent. Le début d’un nouveau cycle.

Ce qui est fou, c’est que même la photo faisait également un carton. Les petites connexions étaient la norme. Les plus chanceux avaient du 56k (7ko/s théorique). Je me rappelle avoir écoulé pas mal de packs photos zippés. C’était un beau petit éco-système où chaque chose avait une valeur et où tout le monde était rétribué convenablement.

Les pessimistes hurlent contre les tubes. Même s’il est vrai que leurs fondations se sont faites sur le piratage et des méthodes mafieuses, le business ne se porte pas si mal. Seulement il faut arrêter de se plaindre et il faut se tourner vers d’autres solutions. Le plus gros de la crise est passé, c’est même devenu « cool » de consommer du sexe sur Internet, les moeurs changent et c’est une très bonne nouvelle pour l’industrie pornographique qui commence à voir la lumière au bout du tunnel.

C’est peut être l’âge mais je regrette cette époque où les échanges entre webmasters étaient amicaux. L’explosion du marché et de la forte concurrence a rendu les hommes qui travaillent dans ce secteur plus égoïstes. On ne partage plus rien, les communautés spécialisées sont un peu tristes pour ça. Tout le monde à une place à prendre pour peu que l’on ait une bonne idée. Sans être trop con gentil, il faudrait être moins méfiant, de nombreux savoir-faire vont disparaître pour cette raison et c’est triste. N’ayez pas peur de partager vos expériences avec les autres.

Partager

Publiez votre commentaire