BuzzPorn

Le porn sur les réseaux sociaux, c’est une longue histoire. La culture américaine ayant tendance à plus vite censurer les seins des femmes que l’apologie du terrorisme, il est difficile de communiquer sans s’attirer les foudres des robots qui font le ménage sans discernement. La majorité des clôtures de comptes se font, généralement, via les signalements des utilisateurs.

L’automatisation permet de faire de belles choses mais il faut le faire avec intelligence. Si votre manière de procéder agace les Internautes, les administrateurs auront vite fait de vous dégager et ils auront raison. Taguer en des gens sur des photos, le mass following ou des invitations non pertinentes sont le meilleur chemin vers l’exclusion.

Bien entendu, il faut montrer que vous existez mais il ne faut pas non plus s’imposer à des utilisateurs qui ne cherchent pas forcément avoir accès à des contenus adultes dans leurs timelines. Soyez subtile et ciblez très précisément les personnes susceptibles d’être intéressées par vos publications.

Sur Facebook, par exemple, on évitera les photos trop hardcore, choisissez vos illustrations de manière à ce qu’elles respectent les guidelines. Cela demande un peu de temps mais ça reste réalisable. C’est probablement de l’auto-censure mais tant que les règles ne changent pas, il faut les accepter.

Une chose amusante et récurrente, ce sont les profils fakes montrant une jolie jeune fille qui invite les gens à la rejoindre sur un site de charme. Soyons clairs, ce genre de technique ne fonctionne plus depuis 10 ans. Les utilisateurs savent, maintenant, reconnaître le vrai du faux. Vous n’attirerez de cette manière que des bots ou d’autres webmasters qui souhaitent élargir leur réseau : c’est une perte de temps.

Comme je le dis souvent, ce n’est pas parce que tout le monde va dans le même sens que c’est forcément la bonne direction. L’idée c’est de proposer des choses intéressantes, même de manière automatique. Si vous êtes dans le dating, vous pouvez proposer des articles en relation avec la rencontre ou encore des statistiques sur le sujet. Même si vous n’avez pas de site de contenu, vous pouvez tout à fait partager des articles de presse et donner votre opinion.

Il est très important de ne pas être auto-centré, si vous ne publiez que des liens vers votre site ou vers votre marque blanche, les utilisateurs se lasseront très vite de vous. Montrez votre ouverture, n’hésitez pas à répondre de manière amusante au gens et même à vos concurrents !

Utiliser des sujets tendances ou des hashtags uniquement dans le but de tromper les utilisateurs vous feront perdre votre temps et votre énergie. Utilisez ces opportunités pour donner votre opinion ou pour « amuser la galerie ». Le porn, c’est du divertissement, soyez divertissant.

Plus généralement, rendez vous profils sociaux plus humain. Ne rentre pas d’imposer vos liens. Soignez votre présence et votre image de marque, c’est le meilleur moyen de gagner la confiance de vos futurs clients.

Optimiser son site pour les moteurs de recherche est un sujet bien connu des webmasters. Si les yeux ont tendance à se tourner essentiellement vers Google, la concurrence commence sérieusement à faire parler d’elle. L’argument de la vie privée faisant clairement la différence avec le géant américain, il semble intéressant d’observer ces alternatives.

De plus en plus populaire, Qwant reçoit des financements Européens. L’idée étant d’offrir un service « maison ». Conserver ses données sur son territoire est séduisant et leur utilisation ne dépend plus de lois très libérales permettant leur exploitation sans limites.

DuckDuckGo, quant à lui, a rapidement séduit les utilisateurs par sa simplicité qui n’est pas sans rappeller celle de Google. Son fonctionnement est d’ailleurs identique d’un point de vue interface, proposant ici et là quelques fonctionnalités originales. La plus importante étant la non-exploitation commerciale des données.

Concernant le trafic, et parce que c’est le sujet qui nous intéresse, Qwant semble être devant DuckDuckGo. Il faudrait regarder les chiffres en détails mais me fiant uniquement sur les statistiques de mes sites, le moteur européen semble être un bon apporteur de trafic.

Si, comme moi, vous êtes en perpétuelle recherche de leviers de croissance, il peut être intéressant de comprendre le fonctionnement de ces nouveaux moteurs émergeants. La vie privée étant de plus en plus au coeur des discussions, tendre l’oreille vers cette philosophie n’est plus un luxe.

Depuis toujours, j’essaie, sur mon réseau de sites, d’aller dans ce sens même si je sais que dans le milieu du porn ce n’est pas un sujet qui a réellement été mis sur la table mais, selon moi, un utilisateur qui est prêt à mettre la main au porte monnaie mérite tout notre respect car c’est lui qui vous fait vivre.

Ce sont des idées relativement récentes, notamment depuis l’affaire Snowden, qui a montré l’importance de mettre à l’abri des données personnelles.

La plupart des webmasters, pour ne pas dire tous, ont été, à un moment ou à un autre, confrontés au choix délicat de choisir leur voie : blackhat ou whitehat. Il faut dire que les nombreuses techniques de spamming ne demandent que très peu de travail et on est forcément tenté par l’argent « facile ».

Dans la pratique, le spam demande de multiplier les bots sur les réseaux sociaux et d’augmenter artificiellement le nombre de pages de ses sites. Je ne rentrerai pas dans les détails ici mais ,en gros, c’est beaucoup de temps passé pour des résultats aléatoires qui finiront, de toute façon, par ne plus rien rapporter. Il faudra alors tout reprendre à zéro.

Dans ce business, un peu underground, on trouve de nombreux logiciels et solutions en ligne pour mettre en oeuvre ces techniques. Les grands gagnants sont bien entendu les éditeurs de ces softs qui promettent un ROI souvent irréaliste.

Il est tentant d’acheter du logiciel capable de générer automatiquement des profils sur les réseaux sociaux ou des machines capables de créer rapidement des liens pseudo naturels vers votre site. Certains arrivent à se faire une place mais, soyons réalistes, c’est souvent temporaire et ceux qui réussissent sont particulièrement spécialisés et minoritaires.

Oui, le spamming peut être très rentable mais cette réussite est limitée. Il faut une infrastructure solide et de la main d’oeuvre. Dans les faits, un bon 90% des spammeurs travaillent seuls et ne gagnent que très peu. C’est pourquoi, avant de gaspiller son argent, il vaut mieux réfléchir avant d’acheter un service ou un logiciel car dans la grande majorité des cas vous aurez un ROI excecrable.

Vous le savez, j’ai tendance à recommander de plutôt se tourner vers le whitehat car il y a tellement de contenus pauvres et de profils sociaux inintéressants sur le marché du porn qu’il me semble, aujourd’hui, plus pertinent de s’orienter vers des stratégies plus sérieuses.

C’est d’ailleurs une porte ouverte sur un business qui ne demande qu’à vous ouvrir les bras. Il n’est pas très compliqué d’être plus intéressant qu’un bot qui publie continuellement le même lien vers un site bidon.

Nous ne sommes plus en 1995, il faut revoir sa copie et faire avec des utilisateurs bien plus avertis et qui demandent désormais du qualitatif.

Récemment, le blog Ya-Graphic évoquait la corrélation entre les liens sortants et le référencement, je m’étais déjà exprimé sur le sujet et le fait est que si, effectivement, ces liens ne sont pas néfastes pour le SEO, ils n’en reste pas moins un « risque ».

Dans le monde idéal de Google (et des Bisounours), tous les webmasters font du whitehat. Pourquoi aurait-on peur de faire un lien vers un site externe ?

La réalité du terrain est tout autre et il suffit de voir les méthodes employées par les SEO (aussi bien dans le porn que dans le mainstream) pour avoir peur de lier son site à des pratiques très limites. D’expérience, je sais que de mauvais liens peuvent dézinguer tout un business, j’en ai déjà fait l’expérience et croyez moi, ce n’est pas agréable. D’autant plus qu’il est difficile de trouver la cause de ce genre de problème. La solution, pour laquelle j’ai opté, c’est le NoFollow systématique. Radical, j’en convient mais qui permet de ne plus à avoir à se poser la question et faire ses liens comme bon nous semble sans être accusé par les moteurs de recherche de vouloir abuser de leurs algorithmes et accessoirement se prendre un déclassement sauvage dans la face.

Sur un site commercial, je ne fais pas de liens, si ce n’est pour rediriger vers quelque chose qui rapporte. On ne va pas se mentir, on est là pour gagner notre vie. C’est un peu le principe des MFA qui ne proposent de solutions à vos questions uniquement en passant par des liens sponsorisés.

L’idée, avant tout, c’est d’empêcher le visiteur de vous faire des infidélités et qu’il aille voir ailleurs. Tant qu’il n’est pas intéressé par un produit que vous avez à vendre, il faut impérativement qu’il reste sur votre site. C’est pour cette raison que les sites de presse ne cite pratiquement jamais leurs sources ou ne font de liens externes. Ici on va plus loin en se protégeant d’éventuelles sanctions et on retient le visiteur sur son site. Dans ce cas, la seule porte de sortie, c’est une publicité ou un lien sponsorisé.

On vous dira que ça n’est pas très éthique mais la faute en revient à Google qui n’informe jamais les webmasters convenablement en cas de problème. Je n’ai pas envie de passer une journée à chercher un lien potentiellement toxique sur un site qui propose plus de 10000 articles. Le plus absurde est que les moteurs de recherche pourraient tout à fait ne pas prendre en compte les liens qui ne leurs plaisent pas sans pour autant flinguer tout un site.

L’opacité des algorithmes est compréhensible mais offrir des données supplémentaires aux webmasters ne serait pas un luxe mais dans les faits, avec la rétention voulue des utilisateurs, on est pas près de voir les choses changer.

Entre 2010 et 2013, le marché du sextoy a littéralement explosé. Avec une croissance qui a dépassé les 50% durant cette période, c’est un domaine qu’il serait idiot d’ignorer. On sait que les hommes sont les principaux acheteurs, ça tombe bien puisque c’est la même cible que la pornographie. Vendre des jouets pour adultes est assez simple (techniquement) à mettre en place mais là encore, la concurrence est sans pitié. Il va falloir rivaliser de bonnes idées pour vous faire remarquer.

Si la plupart des sponsors proposent de l’affiliation, je vais me concentrer aujourd’hui sur une marque blanche sérieuse qui va vous permettre de mettre en place des boutiques crédibles.

Voilà maintenant plusieurs années que j’utilise BusyX. Le service pour les clients est au top et le support technique très réactif. Le design est entièrement personnalisable mais il manque un peu d’options pour le référencement. Toutefois, un flux XML est là pour vous aider à créer une vraie boutique de A à Z mais cela demandera un peu de compétence en développement.

Pour ma part, j’ai opté pour la marque blanche basique et c’est mon site principal qui s’occupe de drainer du trafic vers la boutique, c’est la solution la plus simple pour se lancer. Si vous avez les compétences et le temps, je ne peux que vous inviter à explorer leur flux XML qui vous permettra de faire tout ce que vous voulez.

1 2 3 17