Ce matin, le monde du référencement est en panique. En effet Google souhaite généraliser la connexion sécurisée pour tous les utilisateurs du moteur de recherche. Une option qui n’était pour l’instant réservée qu’aux utilisateurs connectés à leur compte. Concrètement, Google ne fournira plus aux sites web les mots clés que les Internautes ont tapé, une donnée essentielle pour les webmasters qui peuvent analyser et comprendre les attentes des visiteurs. Désormais la tâche va être un peu plus ardue si on ne passe pas à la caisse afin d’obtenir ces données car c’est là toute l’idée : vendre ces informations. C’est moche.

Not Provided

Sous couvert de protéger ses utilisateurs, Google fait du bon marketing c’est un fait mais là où ça ne prend pas c’est que cette société exploite justement ces données pour son propre business. En clair, ils affichent le problème de confidentialité tout en ne respectant pas la vie privée de leurs utilisateurs, c’est tordu. Je ne vous cache pas que je suis assez partagé, d’un coté on a un moteur puissant qui part à la dérive et de l’autre des professionnels qui risquent d’être pénalisés. Si BigG tenait réellement à protéger ses utilisateurs ça ferait longtemps qu’AdSense (la régie publicitaire de Google) n’existerait plus, c’est probablement le pire outil de suivi des Internautes.

Personnellement, je suis perplexe et partagé. Dans un sens c’est plutôt une bonne chose pour l’utilisateur mais d’un autre coté les SEO ne pourront plus réellement optimiser leurs sites de manière intéressante. Il faut bien garder en tête que les référenceurs (les whitehats, on est bien d’accord) participent à l’amélioration des résultats de recherche, il est évident que si l’on ne suivait pas les guidelines de Google, ce moteur de recherche serait à la ramasse. C’est une sorte de collaboration qui s’opère entre les deux parties. Aujourd’hui ce lien vient de se briser brutalement et ça ne va clairement pas être au gout de tout le monde et c’est surement un très mauvais choix stratégique de se mettre à dos la communauté des personnes qui font le web.

Pour ma part j’ai abandonné Google Analytics car il filtre déjà trop de choses et notamment les requêtes provenant de la concurrence, j’ai préféré me tourner vers des outils maison et j’ai découvert beaucoup de nouvelles sources de trafic, c’est un fait. Attention, je ne dis pas qu’Analytics est mauvais, il n’est pas parfait malgré ce que l’on aurait tendance à croire d’autant plus qu’AdBlock est capable de le dézinguer.

Je ne m’inquiète pas trop pour l’avenir du SEO, il a d’autres sources qui peuvent fournir ces précieuses données. On fera sans Google c’est tout.

Trouver LA bonne idée pour créer un site qui cartonne est vraiment la chose la plus complexe lorsque l’on souhaite entreprendre sur Internet. Le principe du Me Too est très clair, on regarde ce qui se fait ailleurs et qui fonctionne et on tente de l’importer dans son pays. Cloner un site existant est une pratique très répandue, on ne compte plus le nombre de réseaux sociaux qui calquent leur modèle sur Facebook. Il est clair que tous ces sites n’ont pas tous le même succès que les originaux ce qui est compréhensible alors comment réussir son Me Too ?

Avant de se lancer il est important de réfléchir sur le fait que tout ne marchera pas forcément pour des raisons culturelles et parfois de religion pour certains pays. Il y a des idées qui par contre sont universelles comme le principe des réseaux sociaux. Copier toutes les fonctionnalités d’un site peut être une bonne idée mais il faut aussi savoir se démarquer car il n’y a aucune raison d’aller sur une application équivalente qui sera de toute façon moins fréquentée.

Il faut tirer son épingle du jeu en se spécialisant par exemple, créer un réseau social autour d’une thématique peut être efficace, imaginez par exemple une sorte de Facebook orienté immobilier (cela doit déjà exister) ou un site de rencontres qui se concentrerait sur une région Française. Selon moi l’avenir de tous ces concepts importés se situ dans la spécialisation et dans la localisation. Étudiez bien les pratiques des utilisateurs sur les réseaux Américains, on cherche le plus souvent à prendre contact avec des gens qui partagent les mêmes centres d’intérêts ou qui vivent près de chez sois.

Pour moi se spécialiser est une bonne chose car finalement dans le gigantisme il est parfois complexe de s’y retrouver et bien souvent le parasitage d’utilisateurs non désirés peut être néfaste à la mise en relation des personnes. Un Me Too niché rencontrera de toute façon une meilleure audience qu’un site trop généraliste qui de toute façon aura bien du mal à faire le poids face aux géants Américains qui sont déjà bien implantés. C’est aussi une bonne manière de lancer un réseau puis par la suite vous pourrez étendre les régions et les thématiques. Il y a là je crois de véritables marchés, il suffit de trouver un secteur dans lequel cela peut fonctionner.

Aaaah les joies du référencement… Il faut toujours se tenir au courant de ce qui se passe chez Google, tenter de comprendre pourquoi telles ou telles techniques ne fonctionnent pas. Difficile parfois de faire la part des choses surtout lorsque que l’on n’est pas du coté obscure de la force (comprendre « Black Hat »). Déclassements brutaux, black-listages sont autant de phénomènes que l’on est pas toujours en mesure d’expliquer. C’est notamment ce qui est arrivé le 22 octobre dernier pour de nombreux sites qui n’ont pas forcément bien compris ce qui se passait. D’après ce que l’on a pu lire sur la toile, il s’agirait d’un nouveau filtre anti-duplicate content qui serait à l’origine de cette journée noire pour de nombreux webmasters. Certains de mes sites ont eux aussi subit l’effet de cette mis à jour de l’algorithme de Google, une perte sèche d’un tiers du trafic (Je m’en remettrai).

Si je pense avoir à peu près identifié le problème, il subsiste toute fois un réellement souci de communication de la part de Google qui devrait réellement informer les webmasters par exemple via Webmasters Tools même de manière automatisée. Selon moi cela contribuait réellement à améliorer les résultats de recherche car tout le monde n’est pas forcément au fait de toutes les subtilités de la SEO. Un simple message du type « Répétition de mot clé », « Spam indexing détecté » ou encore « Contenu dupliqué trop important » mettraient la puce à l’oreille des administrateurs de sites qui n’ont pas tous forcément conscience des effets de leurs pratiques.

Ce manque de communication entraîne aussi selon moi un certain « ras-le-bol » de l’hégémonie de Google ce qui pour effet de favoriser le développement des techniques Black Hat car si un site « clean » se fait déclasser, autant y aller comme un goret puisque le résultat sera le même. Lorsqu’un simple MFA est capable de générer plus de revenus qu’un site légitime c’est qu’il y a réellement un problème d’autant plus que cette fameuse mise à jour du 22 octobre dernier a semble-t-il touché des sites tout à fait légitimes.

Ce genre de petites mésaventures qui ont déjà existé dans le passé et montre aussi qu’il ne faut plus tout miser sur son référencement car on ne peut pas faire confiance à Google, aujourd’hui il existe d’autres outils générateurs de trafic comme les réseaux sociaux.

Pour moi les choses sont claires, je continue bien évidemment dans le sens du White Hat sans pour autant ne pas perdre de vue les « autres pratiques » car il arrivera forcément un moment où il n’y aura pas d’autre choix pour tirer son épingle du jeu. A moins, bien entendu que Google clarifie les choses et communique mieux avec les webmasters afin qu’ils comprennent ce qu’il se passe et éventuellement corrige le tire.

Tout le monde voit midi à sa porte, je ne jette la pierre à personne mais il arrive parfois dans la vie tourmentée d’un référenceur on se pose des questions et on se demande si on a fait les bons choix. Pour avoir quelques contacts dans le milieu Black Hat, je suis parfois étonné de voir comment certaines pratiques passent dans les mailles du filet pendant que d’autre misent sur le « content is king »

Il ne fait plus aucun doute aujourd’hui que les réseaux sociaux ont pris une part importante de l’Internet, tout miser sur le référencement semble maintenant un peu désuet, c’est pourquoi une nouvelle forme de marketing est en train de se dessiner, le SMO ou Social Media Optimisation. Il faut bien comprendre que nombreux sont les utilisateurs qui utilisent quotidiennement Facebook, Twitter ou Instagram, c’est pourquoi il est très important d’exister sur ces nouveaux médias qui sont incontournables en 2010. Les systèmes de recommandation sont donc maintenant au cœur des techniques de promotion d’un site ou d’un service, en effet il très simple de demander conseil à ses amis sur un de ces réseaux sans pour autant passer par un moteur de recherche, c’est pourquoi dans l’idéal il faut faire un minimum de veille pour savoir ce dont les utilisateurs ont besoin mais aussi ce que l’on dit de vous.

Ce qui se pratique généralement c’est la diffusion de son flux RSS sur ces plateformes ce qui peut être effectivement une bonne chose afin d’informer les Internautes en temps réel des mises à jour de votre site ou service. Attention cependant, il aussi très important de participer à la vie des sites communautaires, de répondre aux questionnements de vos utilisateurs et de leur proposer autre chose que votre propre produit. Axer toute sa communication autour du « Moi Je » semble en effet légèrement agacer, c’est pourquoi il faut absolument entrer en contact avec vos « amis », c’est aussi un excellent moyen d’avoir des retours ce qui vous permettra d’améliorer ce que vous proposez !

Fadhila Brahimi explique sur son blog comment définir sa stratégie car en effet les réseaux sociaux permettent également de soigner son personal branding notamment sur Google où les Twitter et autres Facebook se positionneront naturellement et efficacement sur votre « nom ». Une bonne manière d’éviter de faire remonter des résultats négatifs ou qui dénigrent votre marque.

Clairement, le métier de « référenceur » est en train d’évoluer vers le community management et/ou le SMO même si les moteurs de recherche ont encore quelques années devant eux. Ceci-dit le SEO et le SMO sont liés puisqu’il est tout à fait possible d’obtenir des liens directement ou indirectement à travers les réseaux sociaux, par exemple sur Twitter lorsque vous publiez un lien vers un article celui-ci est largement repris sur de nombreux sites qui tentent d’organiser les tweets, certains allant même jusqu’à lier l’article original et non pas la redirection des réducteurs d’URLs. C’est une bonne chose mais il ne faut pas oublier que tout ce que vous publierez sera en effet indexé dans les moteurs et que vous aurez les retours en temps réel.

Utiliser les réseaux sociaux en toute intelligence va devenir un des enjeux du webmarketing, même si la pratique est encore relativement jeune et que nous n’avons pas encore toutes les clés certaines stratégies commencent à se dessiner, le SEO est en train de se faire rattraper par le SMO c’est évident mais il faut pour le moment tenter de soigner ces deux points et aller chercher ses clients ailleurs que sur les moteurs de recherche, c’est là toute l’évolution qui est en train de s’opérer selon moi.

1 15 16 17